Après avoir évoqué nos partenaires artisans et autres recycleries, en voici un d’un autre genre : l’éco-organisme ! Partenaire de Merci René, Valdelia intervient notamment dans le projet en cours de la résidence l’Annexe.
M. Arnaud Humbert-Droz, PDG de la structure a répondu à nos questions pour partager avec nous le rôle de ce type d’acteur dans l’économie circulaire, mais aussi la complémentarité avec la SCOP Merci René.

Qu’est-ce qu’un éco-organisme ?

Un éco-organisme est créé pour financer la collecte et le recyclage de certains déchets. Les fabricants et importateurs qui mettent sur le marché du mobilier professionnel paient une éco-contribution qui finance l’éco-organisme. Valdelia peut ensuite intervenir gratuitement chez les détenteurs de mobilier qui souhaitent le valoriser.
Il existe différents types d’éco-organismes en fonction du type de déchet : CITEO (ex Eco-emballages) pour les emballages, Eco-systèmes pour le recyclage des appareils électriques, etc.

Fondé en 2011, la mission de Valdelia est de collecter et de recycler des Déchets d’Éléments d’Ameublement non ménagers (DEA non ménagers). 

« Valdelia est une structure à but non lucratif, sa mission est de mettre en place un écosystème vertueux pour faciliter la prise en charge de mobiliers réutilisables auprès de détenteurs qui n’ont pas la capacité de les valoriser eux-mêmes. En faisant appel à nos services, les organisations participent elles aussi à l’économie circulaire. »

Ainsi sont récupérés tous les mobiliers de tous les espaces des établissements privés ou publics :
De santé
Du tourisme
Du tertiaire
Ou encore de la grande distribution

Bois, plastique, métal, verre… Peu importe la matière ou l’état du mobilier

En répondant aux besoins des professionnels de se libérer gratuitement et simplement de leurs meubles usagés et/ou inutilisés, Valdelia intervient en parallèle sur 3 aspects de la récupération :
– la prise en charge du mobilier
– le réemploi et l’upcycling par le don aux acteurs de l’économie sociale et solidaire spécialisés
– le recyclage de la matière en matière première secondaire

De par son fonctionnement, Valdelia soutient l’activité d’entreprises de l’économie sociale et solidaire dont l’approvisionnement en mobilier de seconde main est source de revenus et un élément moteur au regard de leurs missions d’insertion sociale.

M. Arnaud Humbert-Droz, PDG de Valdelia

Et concrètement ça se passe comment ?

« Notre activité fonctionne par territoire. Après plusieurs années d’expérience, nous avons acquis une très bonne connaissance du marché de ce qui va être jeté sur un périmètre donné. Sur cette base nous réalisons un cahier des charges sur l’estimation de gisement de mobilier à récupérer. Ensuite, à l’image d’un chef d’orchestre, nous coordonnons les différents prestataires qui ont répondu à ce cahier des charges en mettant à disposition leur flotte de camions pour effectuer l’enlèvement des mobiliers usagés. Dans un deuxième temps d’autres prestataires vont se charger du traitement ».

Quelle complémentarité existe-t-il entre l’activité de Valdelia et Merci René ?

« Lors de la création de Valdelia en 2012, il y avait très peu de réemploi. Aujourd’hui, cela représente entre 3 et 4 %. L’intérêt de travailler avec des intermédiaires comme Merci René est de faciliter le lien entre l’offre et la demande. Ainsi, à chaque intervention d’enlèvement de mobilier, nos opérateurs vont flécher celui qui est attendu par les donneurs d’ordre pour répondre au cahier des charges. Il y a une vraie complémentarité avec nos activités ».

Un exemple concret de coopération : La résidence de l’Annexe

“ L’aménagement de la résidence l’Annexe a mis en avant la coopération possible entre nos deux organisations. Ainsi, sur la base d’un cahier des charges établi en amont par Merci René avec  le Groupe des Chalets, Valdelia s’est positionné sur le sourcing de sommiers et matelas d’occasion auprès d’établissements hôteliers ou de résidences étudiantes qui évacuaient de la literie, pour compléter l’approvisionnement. Valdelia a également co-financé ce projet avec l’ADEME et la Région Occitanie. ”

Selon votre point de vue, quels sont les enjeux de l’économie circulaire ?

A notre niveau, nous identifions plusieurs enjeux :
> Sensibiliser les acheteurs à l’économie circulaire, pour que ces critères aiguillent les actes d’achat
> Financer le changement de modèle pour développer l’économie circulaire
> Former et structurer les filières de l’Economie Sociale et Solidaire pour développer les savoir-faire autour de l’upcycling
> Affiner la connaissance du gisement de mobilier (qualité, quantité, etc.)

Quels sont les projets de Valdelia pour apporter des réponses à ces enjeux dans les années à venir ?

« Nous nous sommes récemment installés en Occitanie pour mieux piloter le nombre d’opérations grandissant qui s’y trouvent. C’est le bon échelon régional. D’ici 2020, nous souhaitons monter un cluster de l’économie circulaire afin de fluidifier les synergies entre les différents acteurs du territoire (industriels, éducation, associations, entreprises, collectivités, etc.). L’idée est de soutenir le tissu de PME, PMI en accompagnant les dynamiques grâce à un écosystème dédié à la seconde vie des produits. A chaque région sa spécificité, il faut adapter la boucle en fonction des acteurs locaux et du profil de la région ».